Jaffna, immersion en région tamoule

Notre montée jusqu’à Jaffna, au nord de l’île, nous prendra huit heures et un unique arrêt repas et toilettes. Nous sommes les seuls occidentaux dans le bus et sentons les regards tournés vers nous. Nous atteignons Jaffna à 17h30 et rejoignons notre guesthouse réservée pour les  nuits à venir. Le lieu est très mal indiqué (disons plutôt « pas du tout ») et la localisation GPS est erronée. Nous la trouvons enfin derrière une boutique de vêtements, au fond d’une impasse, à côté d’une maison en ruines… Bref, au bout du désespoir à gauche !  Le propriétaire nous accueille avec le sourire, sourire qu’il garde lorsque, à la découverte de notre chambre, nous décidons de ne rester qu’une nuit tant le lieu est inhospitalier ! Pas de fenêtre, une porte d’entrée donnant directement dans son salon et aucun espace pour s’installer et travailler ni dedans, ni dehors. Nous n’imaginons pas rester six jours ici. Nous quitterons donc le lieu le lendemain matin après le breakfast pour rejoindre la Kais City Guest House à 1km de là. Et comme nous avons bien fait…

Un peu d’histoire (mais pas trop)

Durant trois décennies les guerres civiles, opposant les militaires séparatistes tamouls aux troupes du gouvernement de Colombo, se succèdent au nord et à l’est du Sri Lanka faisant plus de 100.000 morts. Le conflit s’achève en 2009 avec l’assaut final de l’armée sri lankaise. La guerre civile a tenu Jaffna à l’écart de la modernisation et du tourisme. De fait nous ne rencontrons que très peu d’occidentaux durant notre séjour et les regards sont posés sur nous (et notre blondinette) à chaque instant !  Nous sommes surpris d’être interpellés en français par des cingalais qui nous expliquent avoir fui leur pays durant ce long conflit et être venus en France en tant que réfugiés politiques. Sébastien par exemples y a vécu 30 ans avant de rejoindre enfin son pays. Il nous apprend qu’une ville près de Paris est d’ailleurs appelé ici « Little Jaffna », Google nous indiquera qu’il s’agit en réalité d’un quartier de notre capitale « La Chapelle ».

Nous arrivons donc pour cette seconde journée chez Praba, patron de la Kais City Guest House dans un joyeux chahut. En effet,  un tournoi de cricket, sport national loin devant le football,  se déroule sur les trois jours à venir et les joueurs des différentes équipes envahissent les rues en tapant sur de gros tambour et jouant du klaxon. Nous arrivons malgré tout à nous reposer avant de partir découvrir les alentours sous un soleil de plomb (34°) pour finir la  journée dans un temple hindou. Il est 17h lorsque nous arrivons au Nallur Kandaswamy Temple  et avons la chance d’assister à une cérémonie. Ici, comme il se doit avant d’entrer dans un temple, les femmes doivent avoir les genoux et les épaules couvertes. En revanche, les hommes doivent entrer torse nu. Nous n’avons pas tout assimilé, n’étant pas de confession hindouiste, mais avons apprécié le final avec lancer de fleurs que les femmes s’empressent de ramasser et d’accrocher dans leur chevelure. Aucune photo n’étant autorisée à l’intérieur nous vous laissons apprécier la beauté de l’extérieur…

Aujourd’hui nous partons avec Praba découvrir la région jusqu’à l’extrême nord du Sri Lanka. Il nous accompagne dans sa petite voiture vers quelques demeures anciennes malheureusement détruites, un cimetière en bord de mer où sont enterrées les victimes du tsunami de 2004 (la région a été particulièrement touchée), le point le plus au nord du Sri Lanka à Point Pedro et quelques temples hindous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux lieux nous ont particulièrement plus et je vais essayer de retranscrire au mieux les explications « in ingliche » de notre hôte.

Source sacrée à  Keerimalai

Ces sources thermales posséderaient des vertus thérapeutiques miraculeuses. Une princesse, dont je n’ai pas retenu le nom, s’y serait baignée et serait ressortie guérie de sa maladie de peau. Le lieu est très visuel avec le bleu du bassin et de la mer juste derrière. À l’écart, en bord de mer, un homme ramasse dans un grand sac des morceaux de pots cassés. Lorsque nous demandons à Praba pourquoi ces pots sont ici, il nous explique qu’au décès d’une personne, selon la tradition hindoue, le corps est incinéré. Lorsque l’incinération est terminée, les cendres sont conservées durant 29 jours par l’homme le plus proche du défunt dans ce type de pot. Ces 29 jours durant, la famille entre dans une période où elle vit avec modération, mange végétarien et ne consomme pas d’alcool. Les femmes ne portent ni bijou ni maquillage et s’habillent uniquement en noir ou en blanc.  Lorsque les 29 jours sont écoulés, la famille, les amis et connaissances se réunissent pour une cérémonie de deuil. Celui-ci prend alors fin et le « gardien » du pot vient ici le briser afin que les cendres se dispersent. Nous avons alors compris que le lieu est très sacré pour les hindous.

Ruines de Kantharodai Viharaya

Ce lieu de sépulture bouddhiste est vieux de 2500 ans. Une soixantaine de moines seraient enterrés dans ces petits Dagobas. Certains auraient été tués, d’autres se seraient suicidés. L’endroit est tranquille. Il y a des oiseaux mais aussi quelques soldats  car le lieu est maintenant zone militarisée, comme la majeure partie de la côte dans la province. Nous profitons du calme avant de rejoindre la tumultueuse Jaffna où nous partons nous perdre au Central market où les senteurs se mêlent aux couleurs, avant de finir la soirée dans notre « cantine » tamoule, à quelques pas de notre guesthouse, devant un délicieux Kottu (nan, viande, gingembre, omelettes, feuilles de curry, cardamome, oignons et divers légumes, le tout haché menu menu) accompagné d’un thé au gingembre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour notre dernière journée, après la logistique pour notre prochaine destination et une leçon de maths sur la distributivité, nous finissons la journée au Fort de Jaffna puis nous perdons dans un quartier de pêcheurs qui nous permettra de découvrir de jolies maisons colorées. Nous constatons que la zone est encore très militarisée et les contrôles fréquents.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain nous partirons en train vers notre prochaine destination : Anuradhapura.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s